Le 4 pattes, il touche à tout : plus de répit !


La plupart des bébés apprennent à marcher à 4 pattes entre 6 et 10 mois. C’est la phase intermédiaire entre la consolidation de la station assise et l’acquisition de la marche.

téléchargement3

Mais certains enfants ne passeront pas par cette étape et préféreront traîner sur les fesses, glisser sur le ventre ou directement se mettre à marcher.

Effectivement, des enfants peuvent faire leurs premiers pas sans passer par le 4 pattes et ils s’en portent très bien.

Le 4 pattes, c’est la phase d’exploration au ras du sol qui permet d’exercer les capacités motrices du bébé.

Votre enfant devient de plus en plus autonome. Le 4 pattes n’est pas seulement une question de motricité. Le bébé traverse aussi un monde de sensations.

En faisant du 4 pattes, votre enfant part à la conquête de son environnement.

Au niveau psychologique, au moment du 4 pattes, le tout-petit est prêt à se séparer de sa maman pour se tourner vers le monde extérieur.

Le rôle des parents :

  • Le meilleur moyen d’encourager votre enfant à faire du 4 pattes est de placer des jouets et des objets intéressants à quelques pas de votre bambin.

  • Un bébé qui commence à se déplacer peut faire des « bêtises » alors il faut s’assurer que la maison est sécurisée pour les enfants (une barrière de sécurité est à installer par exemple devant l’escalier). Effectivement, le rôle des parents est d’écarter les dangers.

  • Ranger les produits dangereux de la salle de bains et de la cuisine en hauteur (produits d’entretien, médicaments …)
  • Couvrir les prises électriques
  • Eviter de laisser traîner des objets à risque
  • Sécuriser les angles des tables basses
  • Sécuriser les placards
  • Faire disparaître les objets de petite taille que peuvent ingérer le bébé
  • Faire disparaître les couteaux de cuisine et objets tranchants

En gros, pour faire simple, il est indispensable de mettre tout ce qui pose problème hors de portée de l’explorateur. On aménage le lieu de vie de son bébé (« home sweet home ») et on crée un espace sécuritaire.

  • Crapahuter à 4 pattes, ça veut dire aussi se faire mal parfois. Si bébé pleure, restez calme et consolez-le doucement. Vous pouvez utiliser aussi l’Arnigel (à appliquer sur la bosse en massant de préférence juste après la chute) : ce produit contient de l’alcool et c’est pour cette raison qu’il est écrit qu’il doit être utilisé après la 1ère année de votre bambin mais, personnellement, je l’utilise ! Vous pouvez aussi trouver des granulés d’arnica à dissoudre dans un peu d’eau et à donner directement à bébé. On peut aussi conseiller l’Hémoclar, crème à appliquer sur la bosse du cascadeur. Et, pour finir, tout simplement, il est aussi tout à fait envisageable d’utiliser un glaçon (dans une compresse) que l’on pose directement sur le bosse.

« Je n’imaginais pas qu’il serait capable de le faire » est l’une des phrases que les médecins entendent le plus souvent aux urgences. Ne sous-estimez pas les capacités de votre cascadeur : il sait très bien grimper partout, il n’a aucune notion du danger.

  • « Mais il touche à tout !!! » … Filliozat vous dirait qu’il ne faut surtout pas dire « non » quand votre enfant s’apprête à toucher la prise par exemple … Elle conseille plutôt de dire « stop » sur un ton qui n’est pas impératif, mot qui permet d’interrompre le mouvement de l’enfant. Puis, on explique en mettant des mots simples sur l’interdit (autant que possible en évitant la négation qui brouille le message). Pour autant, votre enfant recommencera en vous regardant (comme pour demander si c’est bien ça qu’on lui interdit de faire) et là, il s’agit de répondre « oui, tu ne dois pas mettre les doigts dans la prise car c’est dangereux ». Il est conseillé d’expliquer clairement les différents dangers (« si tu touches le four, tu te brûles » / « laisse le couteau parce que cela coupe et fait très mal »). Mais, il recommence ! Votre enfant ne cherche pas à vous provoquer mais plutôt à satisfaire son besoin de découverte, d’autonomie, de liberté …

Vous pouvez aussi intervenir physiquement et déplacer votre enfant de l’endroit où se trouve l’interdit, sortir des jeux pour qu’il s’occupe tout en sécurité, proposer une activité stimulante …

Ne permettre à son enfant de ne toucher à rien d’autre que ses jouets limite sa découverte tactile du monde, c’est dommageable.

Un enfant comprend le sens du « non » vers 8 mois.

Il est nécessaire de surveiller son bébé dans tous ses déplacements !

La phase du 4 pattes demande une surveillance de tous les instants !

Il faut juste de la PATIENCE !!!

Remarques

Il faut considérer globalement l’ensemble des acquisitions de votre enfant. Un bébé apprend généralement une chose à la fois. Il se peut très bien qu’un petit bonhomme priorise le langage avant la marche par exemple.

A peine un peu plus de la moitié des enfants arrive à faire quelques pas à leur premier anniversaire. Les spécialistes s’accordent pour dire que la marche survient de 10 à 18 mois donc il est inutile de s’inquiéter avant.

Par ailleurs, la période « touche à tout » est un comportement tout à fait normal ! L’enfant n’est pas un adulte en miniature (force est de constater quand même que nous lui reprochons souvent de ne pas se comporter en adulte !). Beaucoup de parents veulent des enfants calmes, tranquilles, sages qui ne crient pas … ce n’est pas possible. En touchant à tout, votre enfant fait son métier de bébé : il découvre le monde qui l’entoure en développant sa motricité, son intellect, son autonomie … Votre petit explorateur vous montre son envie de découvrir son environnement, d’engranger de nouvelles connaissances.

Interrogations

Quelques petites choses qui m’interpellent :

  1. Il semblerait que l’apprentissage des sens, représente un facteur de réussite en lecture. Ainsi, pour un bébé, sauter l’étape du 4 pattes et passer directement à la position debout pourrait être source de problèmes ultérieurs. Régine Zekri-Husrstel, neurologue qui se consacre au traitement des difficultés de lecture et à la dyslexie, souligne que sauter l’étape du 4 pattes n’est pas un signe de précocité mais pourrait, au contraire, participer à des retards d’apprentissage de lecture.
  2. Petite discussion avec ma généraliste : interdire un enfant de toucher à la prise en lui criant dessus peut fonctionner car le bébé prendra peur et ne refera pas le geste interdit quand vous le regarderez mais, sitôt que les parents auront le dos tourner, il est tentant de braver l’interdit et, là, on met en danger son bambin.
  3. Trop de « non » tue le « non » !
  4. Même s’il est illusoire d’espérer faire respecter des règles aux plus petits, cela ne doit pas empêcher les parents de fixer des limites.

Liens :

http://forums.france5.fr/lesmaternelles/larubriquedenadia/touche-petit-sujet_4552_1.htm

http://forums.france5.fr/lesmaternelles/Education/Autorite/autorite-limites-savoir-sujet_67_1.htm

http://methodegordon.over-blog.fr/page-5290133.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s