Tu lis quoi ? # 7- Montessori pour les bébés, Murielle Lefebvre


J’ai trouvé ce livre assez facilement, je vous livre ici quelques extraits qui ont été pour moi intéressants. Ce sont des citations. Malheureusement, il y a des parties que j’aurais aimé voir plus détaillées (surtout concernant la gestion des colères par exemple) mais, bon, malgré tout, il y a quelques pistes que je trouves sympathiques à exploiter ne serait-ce que pour les jeux de manipulation et/ou l’apprentissage du langage.

La première partie aborde les fondamentaux Montessoriens :

1/ Le développement de l’enfant selon Maria Montessori : il est important de retenir que notre rôle en tant que parents est « d’éduquer le potentiel humain » de notre enfant. Nous ne sommes pas des enseignants et chaque enfant, petit être humain, a en lui une force vitale. La personne se développe en 4 phases temporelles :

  • de 0 à 6 ans c’est la petite enfance
  • De 6 à 12 ans, c’est l’enfance
  • De 12 à 18 ans, c’est l’adolescence
  • De 18 à 24 ans, c’est la maturité (youpi ! je suis mature !)

La petite enfance est celle des périodes sensibles, celle des fondements de la personnalité, celle d’une indépendance de mouvements, celles de l’explosion du langage (écrit et parlé).

2/ Les périodes sensibles (aucun tableau récapitulatif pour les périodes sensibles dans les livres de Montessori).

3/ Le développement sensorimoteur de l’enfant : le développement se fait selon 3 axes (la locomotion qui regroupe les actions de déplacement du corps : marcher, courir, ramper …, la posture qui concerne les positions du corps, la préhension qui se rapporte à la main).

4/ Le développement naturel de bébé : notre accompagnement doit s’appuyer sur l’ordre (concrètement notre maison sera propre et rangés avec des matériels d’éveil classés), la consistance (on ne doit modifier que rarement les emplacements des meubles et objets, on prévoit des routines dans nos actes et dans nos paroles), la sécurité et le confort (l’enfant doit être en constance surveillance d’un adulte : à cet âge, le bébé explore tout autour de lui).

Ensuite, l’auteur aborde la psychologie de l’enfant :

  • L’attachement est l’ensemble des liens qui s’établissent d’emblée ou qui se construisent entre l’enfant et tout autre personne.
  • La bientraitance définit l’ensemble des attitudes bienveillantes envers une personne.
  • Les douces violences : l’enfant a droit à du respect, c’est un individu à part entière.
  • Liberté et limites
  • Le sommeil
  • Le bébé rêve-t-il ?
  • Les pleurs : un bébé n’est JAMAI capricieux : il exprime une peur, une faim, une douleur, un ma-être. Un contact humain très proche suffit à apaiser les peurs.
  • A qui se fier ? Il faut croire en soi, se faire confiance, avoir confiance en son enfant.

Puis, il est question des émotions : la démarche consiste à comprendre l’émotion de l’enfant et à l’apaiser si besoin. Plus tard, grâce au langage des signes pour bébé, on lui signera ses émotions afin d’en renforcer le sens et de mettre à sa disposition un premier moyen d’expression (et oui, avant les mots, il y a les signes). Les pictogrammes sont un autre outil d’expression et de compréhension des émotions.

L’observation : travail en soi et pour soi.

Le nido : le lieu d’accueil du bébé avant 18 mois, lieu où tout est pensé pour le bébé avant tout. Ce sont les adultes qui vont devoir s’adapter.

L’amour et la paix

La deuxième partie du livre présente le bébé étape par étape

Je zappe la partie 0-6 mois et 6-12 mois puisque mon Petit Chaton a 16 mois maintenant donc je vais à l’essentiel pour moi dans ma lecture.

Entre 1 et 2 ans :

  • Le développement physiologique : explorer, apprendre à ranger (pour avoir une image d’équilibre), parler, marcher, manipuler … les enfants sont plus mobiles. Si on donne aux enfants la liberté de se déplacer quand ils sont jeunes, leur développement moteur va être plus épanoui. L’espace est préparé pour l’enfant (il faut s’assurer que les objets dangereux ne peuvent pas être atteints par l’enfant). Entre un et deux ans, c’est une période sensible pour le développement du travail de la main (prévoir un maximum d’expériences de cette préhension grâce à des matières et outils différents). L’enfant construit et joue. Maria Montessori avait prescrit les jouets dans les maisons d’enfant. L’enfant veut également faire seul (manger seul, boire seul …) et les parents doivent respecter ce désir et donner confiance.
  • Le matériel d’éveil : les enfants sont capables de saisir les objets (et donc de développer leur coordination oeil/main) > empiler des anneaux de bois sur une tige verticale, jouer avec les blocs de bois (au début, ils regardent les parents construire et font tomber les blocs mais, un peu plus tard, ils sauront les empiler eux-même), utiliser le crayon, mettre des objets à l’intérieur de boîtes (les enfants aiment mettre « dedans »), jouer avec les clés et les serrures, ouvrir et fermer des flacons vides, tirer des objets, utiliser les boîtes à formes (Cf. Imbucare en italien, les boîtes à forme Montessori)
  • L’éveil social : dès sa naissance, le nouveau-né essaie d’être indépendant > autonomie dans l’habillage, dans la prise de nourriture, dans la sieste, dans le soin à sa personne. L’enfant nous envoie ce message : « Peux-tu m’aider à faire par moi-même ? ». L’important est de faire confiance et de lâcher prise pour permettre cette autonomie. Pour enseigner le vocabulaire à l’enfant, Montessori met en place une leçon en trois temps : le premier temps introduit l’objet, le deuxième temps permet de demander à l’enfant de pointer l’objet nommé, le troisième temps permet à l’enfant de nommer l’objet pointé. Par ailleurs, les routines du quotidien ont leur importance.
  • Le langage entre 1 et 2 ans : les enfants peuvent dire leur premier mot intentionnel à 12 mois. Nous devons encourager cette évolution et parler en permanence à l’enfant. On peut utiliser des livres et des chants, comptines pour développer le vocabulaire. Pour encourager le développement du langage, il est bien d’essayer de ne pas trop anticiper les besoins des enfants afin de leur donner un prétexte à communiquer. La préparation à l’écriture peut également se faire car les bébés commencent très tôt l’apprentissage de ce nouvel outil de communication.
  • Les émotions entre 1 et 2 ans : il faut entourer l’enfant de mots et de gestes apaisants (surtout après les chutes). Pour gérer les émotions des enfants, il faut utiliser le langage de signes ou les pictogrammes pour exprimer les émotions ou leur apprendre à effectuer l’activité seul ou leur apprendre à accepter leurs erreurs. En ce qui concerne les morsures et autres violences, il faut que l’enfant comprenne qu’il a franchi la limite de l’acceptable

A mon avis, mes recherches ne doivent malgré tout pas s’arrêter là car je préfère faire à ma sauce plutôt que suivre à la lettre une méthode. Il faut savoir adapter les conseils à sa propre façon de vivre à mon avis donc je continue mes tribulations sur Internet et à bientôt pour un nouvel ouvrage !

Publicités

Une réflexion sur “Tu lis quoi ? # 7- Montessori pour les bébés, Murielle Lefebvre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s