Conversation avec bébé


Aux « agheu agheu » des premiers mots auxquels ont succédé les gazouillis plus élaborés, on a eu droit aux premiers sons syllabiques.

Et, maintenant, Mon Petit Chaton commence à dire quelques mots. Les premiers mots, bien entendu, furent « ma-ma » et « pa-pa » (grand moment d’émotion mais, il faut le savoir, ce n’est pas l’enfant qui va donner du sens à ces mots, ce sont les parents et l’entourage qui le rattachent à un sens et, alors, le langage devient symbolique). Puis, ensuite, on a eu droit à « chaussure ». Etonnant quand même ! Je m’attendais plus à un « gâteau » ou autre mot en rapport avec un besoin spécifique. Bon, bref, je ne m’attarderai pas là-dessus. En tous les cas, actuellement, il dit quelques petits mots par mimétisme (parfois, c’est limite compréhensible) : maman / chaussure / doudou / bouille pour le chat qui se nomme Gribouille. Et, même sans parler clairement, le Petit Chaton parvient tout de même à se faire bien comprendre. En effet, le bébé est doté d’une large palette d’attitudes et d’expressions qui peuvent être traduits et décryptés par son entourage proche. Le psychologue David Lewis parle du langage secret des bébés.

Après, personnellement, je me suis toujours demandé si les gazouillis avaient un sens sémantique particulier … Et, oui, les gazouillis ont une signification phonétique et affective. Ils traduits un état de satisfaction et témoignent de l’acquisition de différents phonèmes (d’abord les voyelles). Par la suite, l’enfant tient de grandes conversations et instaure un dialogue avec l’entourage dès 6 mois.

Le babillage fait partie du prélangage. On distingue 3 stages dans l’apprentissage du langage :

1- Le prélangage, stade prélinguistique, dont fait partie le babillage : 0 à 12/13 mois voire 18 mois

2- Le petit langage, stade holophrastique : 10 mois à 2 ans 1/2 – 3 ans

3- Le langage, stade syntaxique qui se façonne jusqu’aux 5 ans de l’enfant

Les étapes de l’acquisition du langage

  • 4 mois : bébé fait des sons quand on lui parle « Areuh » « Areuh »
  • 6 mois : l’enfant vocalise, gazouille et répète plusieurs fois le même son
  • 9 mois : l’enfant babille et décline des syllabes, il comprend le « non » et le « au revoir »
  • 12 mois : il dit trois mots, fait non de la tête et va bientôt lâcher son 1er « Mama » ou « Papa »
  • 15 mois : l’enfant dit 5 mots
  • 18 mois : bébé a son jardon et connaît au moins 6 mots, explosion lexicale
  • 21 mois : l’enfant est capable de demander à boire et à manger
  • 2 ans : il fait des phrases de 2 ou 3 mots et utilise le pronom « moi »

Source : http://www.assistante-maternelle.biz

On peut aussi trouver une fiche « quelques repères sur l’évolution du langage chez l’enfant »:

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/02.fiche_reperes.pdf

Attention, ce n’est qu’un schéma théorique et, dans la pratique, chaque bébé est différent et les rythmes ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Chaque enfant a sa propre progression.

Quant à nous ? Comment parlons-nous à bébé ?

Quand on s’adresse aux petitous, nous, parents, on utilise un registre de voix plus haut, des variations et des modulations plus amplifiées et les expressions du visage sont exagérées. Ainsi, on adopte inconsciemment un mode de communication plus adapté aux capacités perceptives des bébés. Ce mode d’élocution particulier utilisé par un adulte qui s’adresse à un bébé est le « motherese » (francisé en « mamanais »).

Par contre, là, j’interviens et je compte bien ne pas gagatiser pour parler à mon Petit Chaton. Alors, oui, certes, les bébés apprécient le « langage bébé » aux sonorités rigolotes et la voix qui monte dans les aigus mais, bon, je préfère dire le « chien » plutôt que le « wouaf-wouaf » quoi ! En gros, on adopte le « fine tuning » : une intonation lente, plus marquée que lorsqu’on s’adresse à des adultes (sans pour autant être un parlé « bébé »), des énoncés courts qui vont s’adapter à mesure que l’enfant grandit.

Ceci étant, quand nous nous adressons aux petitous nous simplifions notre syntaxe et nous utilisons souvent des mots isolés ou des phrases courtes.

Pour stimuler le développement du langage ?

  • Saviez-vous que les comptines peuvent bel et bien améliorer la maîtrise du langage de votre bébé et qu’elles jouent un rôle important en l’aidant à apprendre la lecture et à comprendre la structure grammaticale de la langue ? Les chercheurs ont démontré que ce les enchaînements de mots, comme dans les chansons, qui rendent les rimes amusantes et sensibilisent au rythme de la langue. De plus, si l’on bat des mains ou des pieds pour marquer le tempo d’une histoire, on aide l’enfant à prendre conscience des syllabes et des sons qui forment les mots.

  • Parler simplement aux enfants aux enfants

  • Lire des histoires, des imagiers …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s