Fibromyalgie # 6 – La douleur et questionnaire de l’impact de la fibro


Afficher l'image d'origine

Hier fut trèèès compliqué en termes de douleur.

Si l’on se réfère à l’échelle de douleur, j’étais à 7-8/10 toute la journée pour atteindre 9/10 en soirée avant le coucher.

Après, clairement, je trouve cette échelle plus ou moins artificielle car, clairement, je pense que la douleur est subjective au possible et nous avons tous et toutes des seuils différents.

Pour mon exemple personnel, je suis intimement convaincue que mon 9/10 est le résultat d’une journée douloureuse ++ que je n’arrivais plus à gérer moralement. Le fait est que j’ai craqué tant je n’en pouvais plus. Les larmes ont coulé sur mes joues. Il fallait extérioriser ce trop plein. C’est usant de se battre des heures durant contre la douleur, de chercher à la tromper en focalisant notre attention sur autre chose ; elle nous rattrape.

En me promenant sur le net, pour m’occuper l’esprit, je suis tombée sur le questionnaire de l’impact de la fibromyalgie et j’ai fait le test pour savoir où j’en étais justement :

Aucun texte alternatif disponible.

Les résultats pour chacun des domaines étudiés sont les suivants :

Aucun texte alternatif disponible.

Je trouve ce test très bien fait pour la simple et bonne raison qu’il permet d’identifier les difficultés de fonctionnement, leur impact global et les symptômes à partir de 21 questions. J’ai répondu le plus honnêtement possible. J’essaie de faire ce test régulièrement pour noter à quel stade j’en suis et à quel point la fibro influe ou non sur ma vie. Ca aide à y voir plus clair selon moi. On peut voir l’évolution de la « maladie » en comparant les résultats d’une fois à  l’autre.

2016-12-14_21h32_19  2016-12-14_21h32_35

Clairement, les résultats ne m’étonnaient pas … Par contre, je suis surprise de constater réellement parlant qu’il n’y a aucune évolution depuis le 16 novembre, jour de mon 1er arrêt maladie pour cette poussée fibromyalgique.

Hier, les douleurs étaient musculaires, articulaires, osseuses et s’ajoutaient les phénomènes d’hyperesthésie et de paresthésie. J’étais épuisée physiquement. J’avais mal partout, tout le temps et je me sentais vraiment vidée.

Et, là, mon père me sort avec gentillesse « prends donc un anti-douleur » … Si seulement ça pouvait fonctionner mais non !!! … Le Doliprane ne me sera d’aucune aide malheureusement ; j’ai l’impression d’avoir sauté d’un immeuble de 20 étages, d’avoir été écrasée par un 38 tonnes et d’avoir fait un double marathon … Donc, non, pas la peine de prendre un anti-douleur. De toutes façons, c’est mon cerveau qui perçoit des signaux de douleur où il n’y en a pas. Mon corps est en bonne santé … c’est dans la tête que ça déconne et qu’on s’avise pas de me dire que je me fais mes films et que j’invente mes douleurs !!! … Non, la fibromyalgie implique un dysfonctionnement au niveau des messages nerveux et ça, je n’y peux rien du tout !

Du coup, aujourd’hui, impossible de me lever pour m’occuper de mon petit bout et j’ai laissé le soin à son Papa de gérer. Mon corps avait besoin de se reposer, de récupérer après la « crise » sévère d’hier.

Je ne peux pas vous dire qu’aujourd’hui fut meilleur. Il me faut du temps pour me remettre de douleurs si intenses. Je sens mon corps très fragile. J’espère que demain j’irai un peu mieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s