Trello en guise de Bullet Journal

J’ai littéralement craqué sur le « Bullet Journal » – ou « BuJo » pour les intimes-, système d’organisation et de gestion de tâches qui, selon moi, est une aide indispensable pour la fibromyalgique que je suis pour lutter contre le #Fibrofrog (état de confusion qui m’empêche de mémoriser du fait de troubles de concentration … déchéance cognitive !).

En effet, le BuJo est un « carnet tout en un » qui simplifie mon quotidien : j’organise, je liste, je date … dans le but de garder trace du passé, d’instaurer des priorités pour le présent et d’envisager mon futur en toute sérénité. Bref, c’est un peu mon disque dur.

Initialement, le BuJo se décline d’une façon très minimaliste : un carnet vierge (certains diront qu’ils préfèrent les carnets avec des pages lignées ou des pages avec pointillés) et un stylo (ou tout un assortiment de jolis crayons avec des couleurs, des épaisseurs de mines qui diffèrent). Pour les amoureux du Bullet Journal, on peut aussi investir dans des stickers, des masking tapes (rubans adhésifs qui servent de décoration) et autres petites choses pour personnaliser au maximum son carnet. Honnêtement, il y a divers modèles de BuJo sur Internet tous aussi jolis les uns que les autres : de vraies oeuvres d’art qui ravissent mes yeux surtout quand ils font une part belle à la calligraphie.

 

bullet-journal-notebook-favim-com-3883237
Source

Malheureusement, il a fallu que je me rende à l’évidence sur mes difficultés croissantes en ce qui concerne la motricité fine. De fait, je me suis vue contrainte d’arrêter d’alimenter mon BuJo car mes mains souffraient trop.

Et … je suis tombée sur l’application Trello qui permet d’organiser et de prioriser les projets de manière assez simple et flexible. Cette plate-forme reste synchronisée sur tous mes appareils : ordinateur, tablette, téléphone et reste, ainsi, accessible quand je veux où je veux et gratuitement ! Un vrai coup de coeur.

Si je vous expliquais maintenant comment je m’organise avec Trello ?

1/ J’ai commencé par créer un tableau pour le 2ème semestre de 2017, lequel s’articule autour de listes (il s’agit des colonnes) : mois de juillet / tâches du mois de juillet / mois d’août / tâches du mois d’août … jusqu’à tâches du mois de décembre. Dans chacune des listes, j’intègre 1 carte par événement. Je classe ces cartes au fur et à mesure du déroulement du mois.

Trello1

Vous noterez que j’ai instauré divers codes :

  • j’utilise des stickers (l’horloge pour les rendez-vous / l’étoile pour les anniversaires)
  • j’utilise des étiquettes (les couleurs : rose pour « Famille et loisirs » / vert pour « santé » …)
  • j’utilise également le calendrier en guise de Power-Ups, lequel me permet d’avoir une vue mensuelle ou hebdo des différents événements que j’ai répertoriés car j’ai affilié à chacun d’eux une échéance.

2/ Ensuite, j’ai réalisé un tableau pour chaque mois (« monthly view« ) dans lequel j’intègre : la liste du mois en question issue du tableau ci-dessus, la liste des tâches du mois issue du tableau ci-dessus également, une liste qui inclut les idées d’activités à faire et, ensuite, une liste pour chacune des semaines du mois.

Trello2

3/ Puis, je fais un tableau pour chacune des semaines du mois (ou « week view« ) sur lequel j’inclus à chaque fois : une aide qui récapitule mes codes couleur pour les étiquette, la liste de la semaine issue du tableau ci-dessus de la monthly view et une liste pour chacun des jours de la semaine.

Trello3

A noter plusieurs petites choses :

  • Chacune des listes est composée de cartes qui sont personnalisables avec des étiquettes, des échéances, des liens mais aussi des photos (j’en mets parfois à la fin d’une liste journalière pour me rappeler d’un moment sympa en guise de gratitude) … de quoi vraiment s’amuser !

 

Capture trello4

  • Les listes et les cartes peuvent être copiées et/ou déplacées : cela évite de devoir tout recopier chaque fois (ça simplifie grandement la vie !!!). A vrai dire, généralement, je procède en copiant mes listes et en les déplaçant d’un tableau à l’autre. Dès qu’il y a une nouveauté dans le tableau du semestre, je copie la liste, je la déplace dans la monthly view et je fais mes modifications dans les listes des semaines adéquates. Ensuite, je copie la liste de la semaine de la monthly view pour la déplacer dans le tableau de la week view. Dans le tableau de la semaine en cours, je copie chacune des cartes dans le jour adéquat. Honnêtement, c’est plus long à expliquer qu’à faire ! Ne vous y trompez pas, c’est un jeu d’enfant !

 

Un BuJo ne s’arrête pas à un agenda puisqu’il y a possibilité d’ajouter diverses collections donc, personnellement, j’ai fait d’autres tableaux qui me sont très utiles :

  • un tableau pour la liste de courses
  • un tableau qui liste les projets à mener sous forme de kanban view (à faire, en cours, fait) avec 3 types d’étiquettes (moi, le chéri, nous deux)
  • un tableau qui répertorie des informations administratives : les coordonnées postales et téléphoniques de divers organismes, des médecins …
  • un tableau pour les informations dédiées à mes animaux : 1 liste pour chacun, 1 liste pour les coordonnées du vétérinaire, 1 liste pour les coordonnées de la pension canine, 1 liste pour les coordonnées de la toiletteuse …
  • un tableau pour le planning du ménage : 1 liste par zone, 1 carte par poste de ménage avec une échéance date pour se souvenir de la dernière où ont été lavés les draps par exemple.
  • un tableau pour les idées cadeaux : 1 liste par personne, 1 carte par idée
  • un tableau style « bucket list » ou liste des choses qui me tiennent à coeur de réaliser

Et encore bien d’autres …

Le + : beaucoup de mes tableaux sont partagés avec mon chéri à qui j’ai demandé de s’inscrire à Trello … du coup, il ne pourra pas se plaindre qu’il n’est pas au courant ! Plus d’excuse !

Astuces contre les brûlures légères

brulure-legere-27-remedes-soigner-empecher-do-l-nkl5pb

En fin de semaine dernière, je me suis brûlée en réalisant des yaourts à la Multidélices (des recettes vont venir rapidement sur le blog !) avec la vapeur d’eau. Rien d’extraordinaire ni même de grave. Ceci étant, ça fait bobo sur le moment et, en cherchant à soulager ma brûlure légère mais douloureuse, j’ai trouvé quelques petites astuces que je tiens à partager avec vous :

  • Aussitôt après la brûlure, faire couler de l’eau fraîche (mais pas froide) sur la zone touchée pendant une quinzaine de minutes pour stopper que le mal s’étende
  • Recouvrir la zone brûlée avec une belle épaisseur de miel qui possède des propriétés émollientes qui stimulent la cicatrisation
  • Prendre de l’homéopathie : belladonna 9CH à raison de 5 granules par heure en espaçant les prises suivant l’amélioration
  • Recouvrir la zone brûlée avec une crème hydratante : ici, j’ai utilisé de la Dexeryl avant de panser avec une compresse

Voilà donc le protocole que j’ai suivi pour soulager ma brûlure légère. Et, je pense recommencer la prochaine fois car la douleur est passée rapidement et la cicatrisation fut rapide.

  • Si la brûlure est importante et profonde, je vous conseille d’aller consulter au plus vite un médecin.

Et, vous, quelles sont vos astuces ?

Fly Baby ou routines du matin à la maison

Afficher l'image d'origine

Je vous ai déjà parlé de la méthode Fly Lady, méthode qui vient tout droit des Etats-Unis (Finally  Loving Yourself : commencer à s’aimer vraiment). Marla Cilley  lance en 2001 un programme qui permet d’acquérir des automatismes dans notre quotidien. Ainsi, les Fly Ladies organisent des to-do list ou plutôt routines destinées à aider les femmes à mieux gérer leurs tâches (souvent ménagères).

Sur ce modèle, je trouvais qu’il pouvait être intéressant de donner un guide des actions à réaliser par l’enfant au matin, avant d’aller à l’école. D’où me vient l’idée ? J’ai réalisé tout simplement que mon chéri avait de grosses difficultés à mémoriser ce que j’attendais qu’il fasse pour préparer notre enfant : petit déj’, habillage, lavage de dents, crème pour le visage, manteaux et sac pour l’école. Il oubliait toujours un truc et, bien entendu, souvent les dents et/ou la crème. Du coup, j’ai eu l’idée de rendre mon Petit Chaton responsable lui aussi de ces petites missions du matin, de ces petites routines. Pour ce faire, je suis allée chercher sur Internet de quoi lui permettre de mémoriser ce fameux guide et je suis tombée sur le site http://allomamandodo.com/ où j’ai trouvé un PDF totalement adapté à ce que j’attendais :

http://allomamandodo.com/wp-content/uploads/2015/09/Etapes-du-matin.pdf

J’ai donc demandé à mon loulou de m’aider à décorer ce document très sympa et, ensuite, nous avons plastifié ce dernier pour l’installer dans la salle de bains de manière à ce que mon chéri et mon fils puissent jeter un oeil dessus au moment de la préparation avant l’école.

Vous avez mis en route des routines pour vos enfants vous ?

IMG_1078

Comment choisir Nounou ?

Je vous fais part de mon expérience concernant le choix de la Nounou.

Mais, déjà, pourquoi une assistante maternelle ? Tout bonnement parce que ma maman est Nounou depuis plusieurs années maintenant et que je l’ai vue garder des enfants en leur apportant le meilleur. J’ai beaucoup hésité avec la crèche mais, finalement, j’ai préféré l’ambiance familiale plutôt que la vie en communauté dans une structure.

Habitant en Province, j’ai commencé à prospecter à la fin du  1er trimestre de grossesse. Vous allez me dire que je m’y suis prise bien avance et je vous l’accorde mais mon but était de trouver la perle ! Je ne souhaitais pas être prise au dépourvu et j’espérais clairement trouver THE Nounou. Dans ma tête, plus je m’y prenais tôt et plus j’avais de chances d’avoir le choix. Or, évidemment, ça ne se passe pas réellement comme ça car, clairement, tout ça dépend aussi des agréments des assistantes maternelles. Il se peut très bien que THE Nounou ne puisse pas garder l’enfant car elle est déjà au complet.

Alors, oui, chercher une Nounou présuppose qu’on connaisse les personnes à contacter … alors, par chez moi, il n’y avait pas de RAM (Relais d’Assistantes Maternelles) donc je suis passée par la Mairie pour avoir la liste des Nounous de la commune. On m’a renvoyée vers le service de la PMI (Protection Maternelle et Infantile) pour accéder à ce document. Dès lors que j’ai eu la liste, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai appelé chacune des assistantes maternelles en précisant que je souhaitais une garde pour telle date avec à la clef un contrat de tant d’heures avec des horaires tels que … J’essayais d’être le plus clair possible dans ma demande afin que l’assistante maternelle sache à quoi s’en tenir. En effet, certaines préfèrent les mi-temps, d’autres les temps complets. Quelques unes refusent de travailler le mercredi. D’autres n’acceptent pas les contrats proposés par les enseignants. Bref, au moins, mon coup de fil permettait de savoir si l’on pouvait envisager ou non un rendez-vous.

Si rendez-vous il y avait, j’arrivais avec mon chéri (hé oui, nous sommes deux à choisir et deux à ressentir les choses différemment) et toute une liste de questions.

Et, là, vous vous demandez mais quelles sont ces fameuses questions que l’on doit poser pour savoir si oui ou non on a affaire à THE Nounou. Je vais vous répondre « je ne sais pas » pour la simple est bonne raison que je pensais avoir fait un super méga giga choix quand j’ai conclu le contrat avec la 1ère Nounou de Petit Chaton et je me suis bien plantée. Pourtant, honnêtement, mon chéri et moi avions clairement kiffé sur elle. Comme quoi … il faut être super vigilant car on ne laisse pas un objet à garder mais bel et bien la chair de sa chair !!!

Malgré tout, je vais partager ma fameuse liste de questions :

  • Vous avez combien d’agréments ? : là, je veux savoir combien la Nounou garde d’enfants car, évidemment, ça influe sur la manière dont on s’occupe des petitouts. Pour exemple, la 1ère Nounou de Petit Chaton avait un agrément pour 4 enfants. Au début, je trouvais ça top car je me disais que ça allait permettre à mon bébé d’évoluer rapidement par imitation, d’être très sociable … mais, au final, je pense maintenant que ce  n’était pas un avantager car gérer 4 enfants n’est pas chose aisée et on ne peut pas donner un maximum d’attentions à chacun (surtout quand il ne s’agit pas de ses propres enfants).
  • Quel âge ont les enfants que vous gardez ? : je me dis bêtement que si la Nounou en question doit s’occuper de 3 bébés, ça risque d’être super compliqué et je préfère savoir qu’elle ne gardera qu’un seul bébé et, ensuite, des plus grands.
  • Avez-vous des animaux ? : Je ne suis pas contre le fait que la Nounou puisse avoir des animaux mais je veux être au courant si elle en a ! Après, vous me direz, c’est un peu ridicule car il est tout à fait envisageable que la Nounou adopte un animal après la signature du contrat.
  • Est-ce que vous fumez vous ou vos proches ? : Euh, là, par contre, je ne veux pas d’une Nounou qui fume. On ne fume pas à la maison.
  • Est-ce que vous sortez avec les enfants que vous gardez, prenez-vous la voiture ou les transports en commun ? : Perso, je préfère savoir que la Nounou ne fait pas de trajet avec Petit Chaton. Sortir et se balader en poussette, je n’y vois aucun inconvénient (au contraire !) mais prendre la voiture me gêne clairement. Dernièrement, la Nounou a téléphoné pour me dire qu’elle devait impérativement se déplacer et m’a demandé si j’acceptais ou non qu’elle prenne avec elle mon Petit Chaton. Etant donné que j’étais à la maison, j’ai préféré qu’elle me ramène mon petit loulou. Si j’avais eu la possibilité de prendre la voiture, je serais allée le récupérer moi-même.

Ma façon de voir les choses influe aussi sur le fonctionnement de la Nounou car, selon si le RAM est proche ou non, ça empêche celle-ci de se rendre à divers rassemblements qui pourraient lui permettre d’échanger avec d’autres assistantes maternelles tout en favorisant les contacts de mon Petit Chaton avec d’autres enfants. Mais, là aussi, quelque part, ça m’arrange car je me dis que nombreuses assistantes maternelles profitent de ces moments-là pour se débarrasser des enfants qu’elles doivent garder pour profiter pleinement d’un petit café avec les copines. Alors, ne me tapez pas dessus … je ne dis pas que toutes les assistantes maternelles fonctionnent ainsi mais, il ne faut pas se voiler la face, ça arrive ! Après, bien entendu, certaines se rendent au RAM, à la bibliothèque et autres lieux d’accueil pour petitouts en toute bonne foi pour le bien de l’enfant.

Après, là où ça pose problème c’est quand la Nounou est maman et qu’elle doit récupérer ses enfants à l’école qui est distante de quelques kilomètres …

  • Comment organisez-vous la journée avec un petitout ? Figurez-vous qu’une des assistantes maternelles que j’ai vue m’a dit très honnêtement que les enfants regardaient la télé le matin avant la sieste et l’après-midi après la sieste (soit quasi toute la journée de garde à mes yeux). Non, là, j’attends de voir si la Nounou propose ou non des activités de loisirs, des promenades, des temps de repos … ça permet de savoir si oui ou non celle-ci maîtrise un peu le rythme de l’enfant aussi.
  • Au niveau des repas, comment se passent les choses ? Je veux simplement savoir si l’enfant mange en même temps que la Nounou (et ses proches), si la Nounou impose ou non de faire les repas de l’enfant … Une des assistantes maternelles que j’ai vue m’a dit qu’elle tenait absolument à préparer les repas de Petit Chaton, chose que je ne souhaitais pas préférant me coller à la corvée moi-même afin de savoir véritablement ce que mange mon fils.
  • Comment se passent les choses si l’enfant vous désobéit ? Là, j’ai eu droit à deux cas de figure : l’une m’a dit qu’elle tapait sur les fesses l’enfant pour le réprimander et l’autre m’a dit qu’il lui arrivait de mettre les petitouts au coin, qu’il y avait des règles chez elle et qu’elle tenait à ce qu’elles soient respectées. Alors, oui, effectivement, il y a des limites à ne pas dépasser mais le coup de la pseudo fessée, je n’ai pas admis et je ne me suis pas attardée !
  • Est-ce que je peux voir où mon enfant va dormir ? Je demandais effectivement à visiter car ça me semble légitime de savoir où Petit Chaton va passer ses journées. Ainsi, ça me permet de voir si certaines règles de sécurité sont bien respectées. Je tenais par exemple à ce que mon loulou bénéficie d’une chambre individuelle afin de pouvoir dormir à son aise sans être réveillé par le copain ou la copine de chambrée.

Et, bien entendu, j’ai demandé aussi la tarification.

Après, il faut être honnête, parfois, toutes ces questions n’ont aucune importance car, au feeling, ça passe comme une lettre à la poste. Pour la 2ème Nounou que nous avons choisie, je ne me suis pas éternisée sur mon questionnaire car j’étais très à l’aise (mon chéri aussi) et que nous sentions que c’était elle et pas une autre que nous voulions. Bon, d’un autre côté, c’était l’ultime rendez-vous car j’avais épuisé les rendez-vous. Je peux vous dire que j’avais le palpitant à son comble car, avant de rencontrer cette Nounou, je pensais vraiment ne jamais trouver. J’ai eu de très nombreux rendez-vous et, chaque fois, j’étais bien déçue. Ce n’est vraiment pas simple de trouver la personne qui nous convienne donc BONNE CHANCE A VOUS si vous êtes dans cette dynamique !

La liste des courses, un cauchemar

Pour inaugurer ma nouvelle rubrique « Astuces », j’ai décidé de vous faire profiter d’un document fait de mes petites mimines.

Chaque fois, c’est la galère pour les courses et je perds un temps infini à savoir ce qu’il faut acheter ou non. Je me plante toujours. Je fais désormais les courses via le Drive (quel gain de temps !!!) seulement, bien souvent, j’oublie tel ou tel produit. C’est usant ! Alors, du coup, on file dans les magasins le week-end pour rattraper mes bêtises.

Cela fait maintenant plusieurs mois que je dis à mon chéri que j’aimerais créer une liste de courses à cocher pour me simplifier les choses seulement le tableur et moi, c’est toute une histoire. Là, j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes et de m’y coller.

Il y a 2 pages. Je compte imprimer ces 2 pages en format A4 puis de les photocopier en A3 pour réduire le document en A4 : l’objectif est d’avoir une seule et unique feuille où tout soit répertorié.

Alors, bien entendu, vous risquez de trouver des « manques » mais j’ai créé un document personnel qui est adapté à « nos » besoins.

Je vous laisse le document PDF : LISTE DE COURSES – A COCHER

J’ose espérer que cette liste pourra vous être utile !!!

La méthode Fly Lady à ma sauce – 4

Les routines ! … oui, mais encore …

Il s’agit de mettre en place de nouvelles habitudes et de les mettre en pratique en mode automatique (sans réfléchir). Les routines sont là pour automatiser l’entretien du logement pour pouvoir ensuite avoir du temps pour soi, pour profiter.

J’ai formalisé par écrit toutes mes petites routines quotidiennes en essayant de mettre en avant un ordre chronologique et en les répartissant sur divers moments forts de ma journée (le matin, quand je rentre du travail, le soir).

Les routines à la mode Fly Lady doivent être composées de 3 paramètres :

  1. rangement de la maison (désencombrement : nettoyer l’évier, ranger le plan de travail de la cuisine … pas de grand ménage !)
  2. penser à demain (visualiser l’agenda pour savoir ce qui nous attend le lendemain)
  3. prendre soin de soi (s’accorder un moment rien que pour soi, pour se faire plaisir)

Voici donc MES routines :

Routine du matin
– Se lever 15 minutes plus tôt pour avoir du temps à soi et se préparer en toute tranquillité : habillez-vous de la tête aux pieds sans oublier votre visage, les cheveux et les dents
– Vérifier le calendrier et le journal de bord
– Réveiller et préparer le petit bonhomme : les gouttes, le change, l’habillement, la crème pour le visage
– Aérer les chambres
– Préparer les repas du jour (sortir les produits frais)
– Mettre le LV en route

Routine rentrée du travail
– Vider le LV
– Passer un coup de Swifer
– Préparer les cours
– Préparer son cartable pour le lendemain pour Déb

Routine du soir
– Faire 2 minutes de désencombrement
– Faire prendre le bain à petit bonhomme
– Préparer les vêtements du lendemain
– Lancer le repas
– Donner le biberon
– Prendre une douche
– Mettre la table
– Débarrasser, laver la table, remplir le LV et le faire
– Faire la vaisselle, nettoyer l’évier et le plan de travail
– Décongeler les repas du lendemain
– Vérifier le calendrier du lendemain
– Prendre du temps pour soi

Une bien belle histoire de cailloux

« Un jour, un vieux professeur de l’Ecole nationale d’administration publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur La gestion du temps à un groupe d’une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies européennes. Ce cours constituait l’un des dix ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n’avait donc qu’une heure pour passer sa matière.

Debout, devant ce groupe d’élite (qui était prêt à noter tout ce que l’expert allait enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit :
– Nous allons réaliser une expérience.
De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot de verre de plus de 4 litres qu’il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda :

  • Est-ce que ce pot est plein ?

Tous répondirent : Oui.

Il attendit quelques secondes et ajouta : Vraiment ?

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s’infiltrèrent entre les cailloux. jusqu’au fond du pot.

Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda :

  • Est-ce que ce pot est plein ?

Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège.
L’un d’eux répondit : Probablement pas !
– Bien ! répondit le vieux prof.
Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une chaudière de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier.
Encore une fois, il demanda : Est-ce que ce pot est plein ?
Cette fois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves répondirent : Non !
Bien ! répondit le vieux prof. Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’à ras bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ? Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondit : Cela démontre que même lorsque l’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire. – Non répondit le vieux prof. Ce n’est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite. Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos.

Le vieux prof leur dit alors : Quels sont les gros cailloux dans votre vie ?

Votre santé ? Votre famille ? Vos ami(e)s ? Réaliser vos rêves ? Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Relaxer ? Prendre le temps … ? Ou … toute autre chose ?

Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir … sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie.

Alors, n’oubliez pas de vous poser à vous-même la question :

Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie ?

Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie)

D’un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle. »

Auteur inconnu.

Mes gros cailloux : ma famille !!!